Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pérégrination Romélienne = Un idylle en voyage au travers de lointaines contrées.

10 May

Un aller direct pour le Pérou pré-inca

Publié par romain et émilie  - Catégories :  #Pérou

Nous arrivons ce matin dans la ville de Trujillo au nord du pays.

Trujillo est la troisième ville du Pérou par le nombre d’habitants à savoir 811 979. Située dans la vallée du fleuve Moche au nord-ouest du Pérou, elle se trouve à quelques kilomètres de l’Océan Pacifique.

Elle est souvent surnommée la « ville du printemps éternel », en raison des températures moyennes dont elle bénéficie tout au long de l'année.

Sur le plan culturel, elle accueille les sites archéologiques de Chan Chan, la plus grande cité en adobe au monde, la Huaca del Sol et la Huaca de la Luna. Ce sont ces différents lieux qui ont motivé notre venue dans la région. Avant de nous y rendre, nous faisons une halte en ville pour visiter son centre historique qui conserve de nombreux édifices datant de l'époque coloniale tels que la cathédrale, diverses maisons, de nombreuses églises et des hôtels particuliers.

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Après la visite du centre, nous partons en direction de la Huaca de la Luna. Le site est un temple ayant la forme d'une pyramide à degrés. Il fut construit par les "Moches" (prononcé "moché") qui en firent le plus important lieu de culte de leur royaume. Elle est voisine d'une construction similaire, la huaca del Sol. L'édifice est construit entièrement avec des briques d'adobe, matériau de construction le plus courant dans cette région.  La construction de l'édifice démarra autour de l'an 100 après J.C., c'est-à-dire quasiment dès l'apparition de la culture Moche, et continua tout au long de l'existence de cette culture, jusqu'aux environs de l'an 700. La raison de cet étalement dans le temps est simple  : après une période d'entre 80 et 100 ans, le plus haut étage de la huaca de la Luna était condamné, les couloirs comblés et l'on élargissait la base pour ainsi construire un nouvel étage au-dessus du précédent. La rampe d'accès était élevée de façon que seul ce nouvel étage soit encore accessible. Les degrés de la pyramide s'empilaient ainsi les uns au-dessus des autres sur une très longue période. 

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

A l'intérieur du site nous découvrons de nombreuses peintures et scupltures Moche. La visite guidée est intéressante pour mieux comprendre cette culture. 

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-inca

Bien que le centre historique ait beaucoup de cachet, nous préferons quitter la ville pour rejoindre une petite cité balnéaire à 20 minutes de Trujillo, Huanchaco. En suivant les conseils du routard, nous nous rendons à l'hôtel Naylamp. En découvrant les lieux, on se dit que c'est l'endroit idéal pour se faire deux-trois jours de repos en mode "farniente". Au programme: plage, grasse mat' et profiter des délices de la mer.

 

Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Huanchaco est une station balnéaire avec des ses constructions en béton et ses hôtels à perte de vue. Seulement, étant donné que nous sommes hors-saison les plages du pacifique sont désertes et la ville endormie. Il n'y a que quelques "gringos" pour la réveiller. 

Nous profitons d'être au bord de la mer pour nous faire une cure de poisson: arroz chauffa, ceviche, arroz con mariscos...

Nous regouttons aussi à l'une des boissons nationales l'Inca cola, trop sucrées et chimiques à notre goût. Définitivement, nous ne sommes pas fans.  

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Cette région est aussi connue pour ses caballitos de totora (« petits chevaux de roseaux »), des petites embarcations de pêcheurs. Ils utilisent du roseau pour faire la coque et un bambou en guise de pagaie. 

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-inca

Pour la baignade, Emilie passe son tour. Les eaux du pacifiques à 18° ne sont pas trop de son goût. Par contre, Romain fait parti des deux-trois touristes courageux qui osent piquer une tête. C'est froid mais avec plus de 30° dehors, c'est très agréable!

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Le soir après ces journées "éreintantes" (:-) nous profitons d'un magnifique coucher de soleil sur le pacifique.

Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Au milieu de cette "pause farniente", nous trouvons un peu d'énergie pour aller visiter le site de Chan chan. 

D'une superficie d'environ 20 km2, Chan Chan fut construit par le royaume de Chimor (de la culture Chimú), une civilisation intermédiaire tardive qui se développa sur les ruines de la civilisation Moche. La cité de terre (en adobe) de Chan Chan fut construite entre 850 et 1470 ap. J.-C., et fut une capitale impériale jusqu'à sa conquête par l'Empire Inca au xve siècle. La ville comptait environ 30 000 habitants. Elle est la plus grande construction au monde en adobe.

La ville est composée de dix citadelles fortifiées, remplies d'eau et de sable, comprenant des salles de cérémonie, des chambres mortuaires, des temples, des réservoirs et des résidences. Chacune de ces citadelles a une configuration rectangulaire avec une entrée sur son côté septentrional, de hautes murailles, et un labyrinthe.

Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Nous déambulons au milieu de ces ruines qui sont en voie de destruction à cause du phénomène Il nino. Depuis plusieurs années, le courant génère de fortes pluies qui pourraient à terme détruire totalement le site. Nous sommes émmerveillés par la grandeur du lieu, la beauté et la précision des sculptures.

Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Après ces trois jours de repos, il est temps de quitter le Pérou direction l'Equateur. Avant de partir, nous faisons escale à Lambayaque à deux cents kilomètres de là pour visiter le musée des tombes royales de Sipan, réputé comme le plus beau musée du Pérou. Ce lieu présente une des découvertes archéologiques les plus importantes de ces cinquantes dernières années. 

En 1987, Walter Alva, spécialiste de la culture Moche a découvert l'impressionnante tombe d'un très haut dirigeant Moche, dénommé « Seigneur de Sipán » d'après le nom du village voisin. Celui-ci a été inhumé entouré de deux hommes, deux femmes et un chien. La tombe renferme de précieux bijoux et autres ornements d'une valeur inestimable : objets d'or, d'argent, de cuivre, de bronze ou de terre cuite. Cette découverte est considérée comme la plus importante découverte archéologique au Pérou depuis celle du Machu Picchu, notamment parce que c'est l'un des rares sites précolombiens ayant été retrouvé intact, resté à l'écart des huaqueros (pilleurs de tombes).

Cette investigation a remis en question de nombreuses idées concernant la culture Moche, notamment sur la place du dirigeant moche dans la société : il était bien plus important qu'on ne le croyait auparavant. Par exemple, de nombreuses céramiques montrent un personnage richement paré à qui l'on effectuait quantité d'offrandes. Ce personnage, d'abord considéré comme un dieu, fut finalement identifié comme étant le seigneur de Sipán lui-même.

Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca
Un aller direct pour le Pérou pré-incaUn aller direct pour le Pérou pré-inca

Après cette superbe visite, nous remontons dans le bus direction l'Equateur et la Cuenca. Nous passons la frontière à deux heures du matin attaqués de toutes parts par les moustiques et enquiquinés par les douaniers Equatoriens qui, ce jour-là, ont eu envie de faire du zèle à cette heure tardive.

Nous quittons le Pérou après un mois et demi de voyage entre le nord et le sud. Le pays est magnifique. Les sites incas, pré-colombiens, la nature, ses habitants...nous garderons de nombreux souvenirs impérissables. Le petit hic reste ce sentiment que le tourisme est en train de tout dénaturer jusqu'à en changer les mentalités. Pour la première fois depuis le début de notre voyage, nous avons eu le sentiment d'être des "euros sur pattes". Le Pérou a un véritable potentiel touristique malheureusement très mal exploité, qui plus est, la mane générée ne profite pas à tous.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Le facteur 24/05/2015 23:26

Ma foi on dirait que quelques kilos se sont perdu en route! Le bronzage lui par contre... Il est bien là! J'espère que tout roule pour vous, faites signe sur skype quand vous pouvez ;)

Mado 13/05/2015 17:14

Tel père, tel fils, pour ce qui est de la baignade ;-)

À propos

Pérégrination Romélienne = Un idylle en voyage au travers de lointaines contrées.