Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pérégrination Romélienne = Un idylle en voyage au travers de lointaines contrées.

08 Jun

Immersion dans la culture otavalienne

Publié par romain et émilie  - Catégories :  #Equateur

Nous avons eu la bonne idée de prendre le bus pour Otavalo un vendredi 1e mai, unique jour férié pour tous ! Autant dire, on a jamais vu un terminal aussi bondé!

En arrivant on se dirige la fleur au fusil vers le guichet de la compagnie de bus en partance pour Otavalo. Un homme de la sécurité nous fait signe et nous montre la file d'attente ... Au moins deux cents personnes sont là en train d'attendre patiemment de pouvoir acheter leur billet. Après 11 mois de voyage nous ne sommes pas à 2 heures près!

Les minutes passent et nous commençons à discuter avec notre voisin, Edgar, un jeune d'Otavalo qui vit à Quito pour ses études. Il va rendre visite à sa famille le temps du week-end. Il est accompagné de ses deux soeurs et de sa petite nièce.

Nous finissons par nous retrouver ensemble dans le même bus alors nous continuons notre conversation. Arrivés à Otavalo, il nous demande ce que nous comptons faire pour le week-end. Nous avons prévu de nous arrêter dans cette ville avant d´entrer en Colombie car elle est réputée pour son marché d´artisanat, des produits pas chers et dans l´ensemble de bonne qualité. Le programme c´est donc achat des cadeaux pour nous et la famille !

Edgar nous propose alors de venir dans sa famille en précisant un peu gêné que ce n´est pas comme l´hôtel, c´est très sommaire! Evidemment, ça nous pose aucun problème, bien au contraire.

Le temps de faire deux trois courses pour ne pas arriver les mains vides et nous poursuivons notre route avec Edgar, ses soeurs et sa nièce jusqu’à la sortie de la ville pour rejoindre ses parents, descendus à Otavalo pour la journée. Une fois tous réunis, on fait rapidement connaissance et grimpons dans un taxi pick-up qui nous emmène jusqu'au village où vit leur communauté à 30 minutes de là.

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Les parents d'Edgar ont eu 10 enfants, la plus jeune est âgée de 8 ans et le plus vieux de 30 ans. Ce dernier vient tout juste de se marier. Il nous dit que c'est dommage car nous sommes arrivés une semaine trop tard!

Nous rencontrons la famille, presque au complet. Seul deux enfants qui ont déjà quitté le domicile des parents ne sont pas présents. Difficile de retenir tous les prénoms de chacun !

Edgar nous accompagne jusqu´à sa chambre qu'il partage avec deux de ses frères et qu'il nous prête gentiment. Ensuite, nous retrouvons la famille qui s'affaire à décortiquer le maïs. Nous les aidons dans cette tâche avec moins de dextérité qu'eux, ce qui les amusent beaucoup.

La famille parle quichua, leur langue maternelle. Les enfants ont appris l'espagnol à l'école en revanche, les parents le parlent avec moins de facilité ce qui rendra un peu plus compliqué la communication avec eux.

Nous sommes invités à diner avec eux. Au repas, une soupe de pomme de terre, du maïs, des haricots et des fèves. Une fois l'assiette finie, ils nous resservent. Il est difficile de refuser de peur de les vexer... on finira le repas le ventre bien plein.

A la fois très interressés et très curieux de notre voyage, ils nous demandent à voir nos photos. Après le repas, ce sera donc séance photos en famille. 

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Puis, ils s'amuseront à porter nos sacs à dos. Celui de Romain qui doit froler les 23 kilos est devenu un vrai défi à soulever !

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Le reveil est difficile. Emilie est malade, faut dire que nos estomacs d'européen ne sont pas habitués à supporter d'aussi grande quantité de maïs.

On va quand même se promener avec Edgar et l'un de ses frères dans la communauté. 

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Puis, on part dans l'apres midi pour supporter l'équipe au match de foot local réunissant les différentes communautés indigènes d'Otavalo et de ses alentours.

Malheureusement, son équipe va perdre et Edgar se montre terriblement déçu. Il compte bien revenir prendre sa revanche au prochain tournoi en reunissant ses frères et cousins.

Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

On a beaucoup sympathisé avec toute la famille alors lorsqu'Edgar nous propose de rester plus longtemps, on accède bien volontier. Par contre, gênés par autant de générosité , nous réfléchissons à un moyen de les remercier: donner de l'argent n'est pas toujours bien vu, les aider dans le jardin ne semble pas necessaire car peu de travail en cette saison, finalement, nous tombons d'accord pour leur offrir une journée en famille au parc des condors, à quelques kilomètres d'Otavolo, la plupart n'y ont encore jamais mis les pieds. Tous se montrent ravis de cette proposition. Nous partirons tous ensemble le lendemain matin.

En rentrant du match de foot les parents d'Edgar se préparent pour une fête de fiançaille organisée par d'autres membres de la communauté. Ils nous proposent alors de les accompagner. Nous nous preparons et partons ensemble à pied chez les parents du futur époux.

A notre arrivée, une dame tend un verre de Chicha (boisson locale à base de maïs ou manioc) à Emilie. Celle ci prend son temps pour le boire jusqu'à comprendre, en voyant tous les regards tournés vers elle, que le verre se partageait entre tous ce qui a valu un fourrire général. 

Nous nous installons et très vite la famille nous sert un repas. Emilie dont l'estomac ne s'est pas encore remis de la veille a dû mal à finir. 

Un groupe de musiciens dont font partis le père et son fils aîné commencent à jouer des musiques traditionnelles. Ensuite, nous sommes invités à danser autour d'eux. La pluie commence à tomber mais malgré tout, nous continuer à vibrer aux rythmes de la musique...

 

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Nous voyons la famille s'agiter. Ils sortent des quantité de provisions qu'ils déposent devant la maison. On comprend alors que ce sont les dots que nous allons apporter à la famille de la future épouse: des bananes, du pain, des cochons d'inde et poules vivantes.

Une fois qu'on nous donne le signal, nous partons acompagnés des musiciens et des cartons de provisions en direction de la maison de la future épouse. Nous continuons à danser jusqu'au pas de la porte. Nous sommes accompagnés des cochons d'inde et des poules  attachés par les pâtes le long d'un bout de bois. La musique se poursuit et, en fond, nous entendons les "cuy" émettre de petits sons aigus qui, petit à petit, finissent par s'estomper, assommés d'avoir été balancés dans tous les sens... Pauvres bêtes...

Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Les parents du futur marié restent devant la porte d'entrée. Ils servent de l'aguardiente (une sorte d'eau-de-vie) aux parents de la future épouse. On les entend échanger entre eux pour finalement réussir à entrer dans la maison. Nous ne voulons pas déranger plus longtemps et décidons de partir.

Le lendemain matin tout le monde s'agite. Les enfants se montrent tout éxités à l'idée de se rendre au parc des Condors. Une fois prêts, nous pouvons partir. Nous prenons une photo tous ensemble puis grimpons dans le taxi-pick up.

 

Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne

Du parc des condors, nous jouissons d'une vue panoramique sur la ville. Au nord-est, nous pouvons admirer el Volcán Imbabura et au nord ouest el Volcán Cotacachi

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Nous arrivons à temps pour le spectacle.

Nous pourrons voir différentes espèces d'aigles dont le fameux Aigle royale.

Le condor étant devenu une espèce protegée ne fait plus parti du spectacle mais nous pourrons lui rendre visite dans son enclos après le spectacle.

Certains oiseaux se font la malle et ne reviennent pas. Le guide se montre un peu inquièt bien qu'il nous dise que ça arrive assez regulièrement et qu'ils reviennent toujours.

Une fois le spectacle fini, nous accompagnons les enfants pour qu'ils prennent dans la main un aiglon. Les enfants ne se montrent pas craintifs et sont même enchantés.

Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

Après la visite du parc, nous partons pour la Cascada Peguche. Les garcons veulent à tout prix nous aider à porter nos affaires. Nous avons nos deux sacs à dos avec nous car nous restons en ville le soir pour faire le marché le lendemain et partir pour la Colombie.

Nous descendons la colline en traversant un vieux bois.

Une fois arrivée, la mère d'Edgar avait amené avec elle, le pique nique pour tout le monde. Nous déjeunons au pied de la cascade. C'était très touchant de voir toute cette famille heureuse de passer un moment tous ensemble.

Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienneImmersion dans la culture otavalienne

La pluie fait son apparition. Nous attendons que ca passe puis partons à pied jusqu'en ville.

Nous marchons pendant plus d'un kilomètre sur une ligne de chemin de fer.

Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne

C'est déjà le moment de se quitter. On est tous très émus car nous avons vraiment tissé des liens d'amitié très fort. Nous resterons en contact avec Edgar et esperons leur rendre visite a nouveau dans un futur proche.

Cetains problèmes évoqués lors de ce sejour (relatif notamment à la scolarite des enfants ) ont particulièrement retenu notre attention. Aussi, nous commençons déjà à réflechir à une manière d'aider la communauté à notre retour en France.

Le lendemain, nous nous rendons au marché d'Otavalo pour une visite éclair car il nous faut prendre le bus pour la Colombie...encore une grosse journée nous attend !

Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Immersion dans la culture otavalienne
Commenter cet article

À propos

Pérégrination Romélienne = Un idylle en voyage au travers de lointaines contrées.